La formation de l’Architecte – Hannes Meyer



Avant de commencer à discuter de la formation de l’architecte, nous devons d’abord être clair dans nos esprits quant à la portée des activités englobées sous le nom de l’architecture.
L’architecture est un processus qui donne une forme et une structure à la vie sociale de la communauté.
L’architecture n’est pas un acte individuel réalisé par un artiste-architecte et chargé de produire des émotions. La conception de bâtiments est une action collective.
La société détermine le contenu de sa propre vie et donc le contenu de l’architecture dans le cadre d’un système social spécifique à l’intérieur d’une période de temps spécifique avec des moyens économiques et techniques spécifiques, dans un lieu précis et dans une situation réelle.
Ce contenu est donc quelque chose de touchant de près les préoccupations matérielles d’une strate collective, une classe, une nation.
L’architecture est donc une manifestation sociale et indissolublement liée à la structure de la société à un moment donné. Une fois caduque, elle devient un simulacre vide et un jouet pour les adeptes épris de mode. Aujourd’hui, à une époque de la plus grande confusion sociale, quand un système social fusionne dans un autre, nous ne devrions pas être surpris si l’architecture elle-même affiche des formes hétérogènes de la transition.
L’architecte est donc un régulateur de mise en forme des processus vivants de sa société. Il étudie ses besoins matériels et spirituels et les convertit en réalité plastique.
Il organise les possibilités techniques et structurelles, il est familier avec les conditions biologiques et connaît l’objet social de son travail, il comprend la mission historique du constructeur, et sait tirer partie du patrimoine folklorique et l, il réunit dans son travail les arts les plus disparates, la photographie dynamique de la publicité, le jeu de l’eau, les éléments de la circulation, les arts botaniques.
Ainsi, l’architecte est un organisateur. Il est un organisateur des spécialités sans être un spécialiste lui-même … L’architecte est un artiste, dans la mesure où tout art est une question d’organisation. C’est de la réalité en forme selon un nouveau système …
Comme tous les arts, l’architecture est une question de moralité publique. L’architecte remplit sa fonction morale si il analyse son affectation à la véracité simple de l’esprit et le met sous la forme d’un bâtiment honnêtement et courageusement.
Le mot d’ordre d’une “architecture internationale” en cette ère de l’autosuffisance nationale, de l’éveil des peuples coloniaux, du front commun en Amérique latine contre l’impérialisme, la reconstruction socialiste de l’Union soviétique, et de l’expropriation des chemins de fer, des grands domaines et des puits de pétrole pour les bénéfices du peuple du Mexique, est un rêve que ces esthètes de construction qui, soucieux de penser à la dernière mode, évoquent pour eux-mêmes un monde uniforme de bâtiments de verre, de béton et d’acier , détachés de la réalité sociale …
Cela nous amène au problème du contenu et de la forme de l’architecture. La forme du bâtiment doit avoir un contenu social, sinon il est simple décoration et formalisme. Nous condamnons l’exhibitionniste comme un élément antisocial dans la société, et nous devons aussi condamner ce type d’architecte, pour qui, la construction d’une maison est simplement l’occasion de présenter ses préférences personnelles formelles pour qu’elles soient vues dans la rue. Et le contenu de l’immeuble doit être exprimé avec une maîtrise formelle afin qu’il ne peuve y avoir aucun doute quant aux fonctions sociales de l’immeuble. La cabane normalisée du travailleur de chemin de fer mexicain comme un élément d’un Etat démocratique progressiste, représente une forme supérieure de logement de la cabane d’un camp de travail en Allemagne actuel, même si elles se ressemblent.
Nous pourrions appeler le processus de construction d’une structuration consciente de la situation socio-économique, la technique constructive et les éléments psycho-physiologiques dans le processus de la vie sociale. Nous, architectes, doivons maîtriser cette tâche dans sa totalité, c’est à dire dans toutes les demandes – biologiques, historiques et artistiques -.
Nous devons trouver une solution dialectique aux problèmes de la construction (c’est à dire dans le contexte nouveau d’un temps donné). Nous devons trouver une forme différenciée (c’est-à-dire dans la forme fonctionnelle d’un temps donné) …
Il est extrêmement important que le public puisse jouer un rôle dans la formation de l’architecte … Ici, au Mexique, je suis frappé par la façon dont les milieux architecturaux sont isolés de la population, alors que l’art de la fresque bénéficie d’une popularité unique!
En 1931, à Prague, un groupe de jeunes architectes a fait une expositions sur les conditions de vie dans la belle capitale tchèque. Elle a causé un tel émoi que la police a dû fermer l’exposition pourtant modeste dans laquelle elle a été présentée.
A Oslo, en 1932, une coopérative de jeunes architectes a fait un reportage cinématographique sur le logement dans la vieille ville qui a forcé les journaux de toutes tendances politiques à prendre la question du logement et de l’amener sur la place publique. Le résultat de ces deux cas, c’est que les grandes masses de la population ont commencé à se préoccuper des idées développées dans l’architecture et ont été vues comme un moyen d’améliorer les conditions de l’ hygiène …

Pourquoi est-ce ici, au Mexique, où il y a un mouvement syndical , une université de travailleurs, une paysannerie éveil, il n’existe aucun moyen d’associer la population aux formes architecturales ?
Si nous acceptons la conception de l’architecture décrite ici, les conclusions suivantes peuvent être tirées concernant la formation de l’architecte:
a) Il doit être formé en tant qu’analyste, il doit être en mesure de saisir la réalité dans toutes les différentes formes sous lesquelles elle apparaît: Comme il est préoccupé tout au long d’une réalité socio-économique, il doit avoir une connaissance de la sociologie (sans être un sociologue spécialiste). Sinon, comment sera-t-il en mesure de travailler, par exemple, au Mexique, où de nombreux systèmes sociaux (pré-féodal, féodal, capitaliste, où émerge un système de transition au socialisme) se mêlent? Comment pourrait-il être en mesure de comprendre les formes de logements prises dans ces quatre ensembles de conditions sociales? Il ne suffit pas pour lui d’avoir quelques lueurs sur la coopérative ou les mouvements syndicaux en général, il doit être en mesure de saisir les différences entre la vie coopérative et le commerce.
b) Il doit se former pour être un inventeur créatif et maîtriser l’architecture par la pensée exacte et analytique (il n’est pas un artiste formaliste). Il doit connaître les sciences biologiques (sans devenir un biologiste spécialiste!).
Car sans l’hygiène ou la climatologie ou la science de la gestion, il n’aura pas de schémas fonctionnels, c’est-à-dire pas de données sur lesquelles il peut élaborer ses formes architecturales.
c) En tant qu’artiste, il doit être un maître des différents systèmes de tensions […] Je veux parler des tensions entre les différents matériaux, leur structure de surface, de la division, les proportions: leur effet dans un groupe ou isolés … en bref les moyens pour une mise en forme psychologique délibérée de la structuration de la matière.
d) Sa formation technique et de construction devrait inclure ci-dessus toutes les formes normalisées. (Dans des cas particuliers, il aura besoin de l’aide de l’ingénieur spécialiste!).Il doit être familiarisé avec les méthodes normalisées de construction sur lesquelles se fondent à la fois l’artisanat et les préoccupations pour des sytèmes hautement industrialisés. Mais il doit aussi être familier avec les anciennes méthodes de construction. (S’ il n’ y est pas, comment peut-il effectuer des rénovations ou reconstructions et comprendre l’histoire de l’architecture?)

e) Il doit être un maître de l’histoire architecturale pas comme une théorie vide de formes de construction, mais aussi un enregistrement de la relation entre le style et la forme de la société. Seulement si il saisit, par exemple, le caractère coopératif des guildes médiévales et leur désir d’être maîtres de leur propre destin, seront-il être en mesure de comprendre la multitude de formes fonctionnelles qui étaient nouveaux sur le Moyen Age en Europe (I je pense à des escaliers, des oriels). Il doit apprendre à comprendre que le rythme des colonnes doriques change avec le rythme de la vie sociale, et qu’un peuple refoulés ne peuvent jamais créer ordres libres de colonnes. Il doit être capable d’apprécier le folklore comme quelque chose de plus que les textiles et poteries décorées, à savoir comme une traduction de l’imaginaire de la nature et de la religion dans ces milieux fonctionnels tels que des fibres végétales, laine, argile, etc conte coloré de Mexique textiles seraient tout à fait inimaginable dans un environnement sombre!
f) Il doit avoir une connaissance de l’urbanisme (sans être un urbaniste). Sinon, comment sera-t-il en mesure d’adapter son immeuble dans le cadre général de la ville?
Comment pourrait-il être en mesure d’étudier les formes structurelles de l’urbanisme, en particulier la répartition des angles, des lignes d’horizon, des parcs et zones verdoyantes, s’il n’a pas une idée des fins de planification de la ville?
Mais l’architecte n’est pas lui-même pas un urbaniste!
… En conclusion permettez-moi de résumer mes suggestions pour la réorganisation de votre académie d’architecture:
L’éducation des systèmes de production dans le domaine de la construction réelle.
Développement d’un système collaboratif du travail.
Développement de la liaison avec la critique publique et sociale
La libération économique des élèves et de leurs professeurs
Pas d’école pour des intellectuels ! Aucun formalisme! Développement des pouvoirs créateurs de l’inventeur architectural.
Rappelez-vous: L’architecture est une arme qui en tout temps a été exercée par la classe dirigeante de la société humaine. Au Mexique, vous vivez dans un état ​​qui est l’un des plus démocratiques, et des plus progressistes au monde. Battez-vous pour une architecture vraiment progressive.

Meyer Hannes, Conférence à l’Académie de San Carlos, Mexique 1938

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •