Eros & Psyché – Jacques Lacan



Jacopo_Zucchi-eros_psyche

C’est que c’est PSYCHÉ qui est éclairée et… comme je vous l’enseigne depuis longtemps concernant la forme gracile de la féminité à la limite du pubère et de l’impubère …c’est elle qui, pour nous dans la représentation, apparaît comme l’image phallique. Et du même coup est incarné que ça n’est pas la femme ni l’homme qui, au dernier terme, sont le support de l’action castratrice, c’est cette image [phallique] elle-même, en tant qu’elle est reflétée, qu’elle est reflétée sur la forme narcissique du corps.

C’est en tant que le rapport… innomé parce que innommable, parce que indicible …du sujet avec le signifiant pur du désir va se projeter sur l’organe… localisable, précis, situable quelque part dans l’ensemble de l’édifice corporel …va entrer dans le conflit proprement imaginaire de se voir soi-même comme privé ou non privé de cet appendice, c’est dans ce deuxième temps imaginaire que va résider tout ce autour de quoi vont s’élaborer les effets symptomatiques du complexe de castration.

Je ne puis ici que l’amorcer et que l’indiquer, je veux dire rappeler, résumer ce que déjà j’ai touché pour vous de façon bien plus développée quand je vous ai parlé – maintes fois bien sûr – de ce qui fait notre objet c’est-à-dire des névroses.

[…] Précisions antérieures

Vous savez que dans l’histoire c’est une goutte d’huile renversée dans un mouvement un peu brusque de PSYCHÉ, fort émue, qui vient réveiller l’ÉROS lui causant d’ailleurs – l’histoire nous le précise – une blessure dont il souffre longtemps.

Observons, pour être minutieux, que dans la reproduction que vous avez sous les yeux, vous pouvez voir qu’il y a quelque chose en effet comme un trait lumineux qui part de la lampe pour aller vers l’épaule de l’ÉROS.Néanmoins l’obliquité de ce trait ne laisse pas penser qu’il s’agisse de cette larme d’huile, mais d’un trait de lumière.

Certains penseront qu’il y a là quelque chose qui est en effet bien remarquable et qui représente de la part de l’artiste une innovation, et donc une intention que nous pourrions lui attribuer sans ambiguïté, je veux dire celle de représenter la menace de la castration appliquée dans la conjoncture amoureuse.

[…]

Pour le franchir, étant donné ce qui lui est suggéré, ce qu’elle croit devoir trouver, elle s’arme. Et en ce sens nous pouvons dire… malgré que l’histoire de l’art ne nous donne aucun autre témoignage à ma connaissance… je serais reconnaissant que quelqu’un maintenant, incité par mes remarques, m’apporte la preuve contraire …que si PSYCHÉ a été représentée dans ce moment significatif comme armée, c’est bien du texte d’APULÉE que le maniériste en question, ZUCCHI, a donc emprunté ce qui fait l’originalité de la scène.

Qu’est-ce à dire ?
ZUCCHI nous représente cette scène dont l’histoire est fort répandue. À l’époque déjà, elle est fort répandue pour toutes sortes de raisons.

Si nous n’avons qu’un seul témoignage littéraire, nous en avons beaucoup dans l’ordre des représentations plastiques et figuratives. On dit par exemple que le groupe qui est au Musée des Offices de Florence représente un ÉROS avec une PSYCHÉ, cette fois tous deux ailés… vous pouvez remarquer que si ici l’ÉROS les a, PSYCHÉ non …PSYCHÉ, elle, ailée d’ailes du papillon.

[…]

Le papillon étant depuis fort longtemps… étant donné les phases de la métamorphose qu’il subit, à savoir né d’abord à l’état de chenille, de larve, il s’enveloppe dans cette sorte de tombeau, de sarcophage, enveloppé d’une façon même qui va à rappeler la momie, où il séjourne jusqu’à reparaître au jour sous une forme glorifiée …la thématique du papillon, significative de l’immortalité de l’âme était apparue dès l’Antiquité, et pas seulement dans des religions diversement périphériques, mais aussi bien même, a été utilisée et l’est encore dans la religion chrétienne comme symbolique de l’immortalité de l’âme.

 

 

 

Spread the love
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •